Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il n'y a que la justice étrangère qui peut mettre à genoux les batards d'Air Algérie !

MONTRÉAL - L'amour fou qu'un patron québécois d'Air Algérie a voué à l'une de ses employées ne l'a pas exclu d'être reconnu coupable d'agression sexuelle pour deux baisers non consensuels.

Abdelaziz Laouar, 60 ans, est un «grand gestionnaire en possession de ses dossiers», a reconnu le juge Louis A. Legault. Mais il y avait un seul «dossier» qui lui résistait, et c'était la plaignante.

«Les gestes de force utilisés pour vaincre la résistance ont visé à obtenir qu'elle réponde à ses baisers, accepte ses attouchements, collabore, a noté le magistrat dans son jugement rendu mardi au palais de justice de Montréal. Il y a eu agression sexuelle.»

L'affaire remonte à 2008, quand Sabine (nom fictif) âgée dans la trentaine a commencé à travailler pour Air Algérie au Québec. Rapidement, la femme et l'accusé sont devenus amis, entretenant même une relation privilégiée.

«Il la complimente sur son travail et lui fait miroiter de l'avancement, a noté le juge. Ils lunchent généralement ensemble, ils parlent de tout et de rien, ils échangent l'un et l'autre sur leur petite histoire et aussi leurs tristesses.»

M. Laouar, marié et père de plusieurs enfants, a fini par tomber follement amoureux de Sabine. Il lui écrivait de longs courriels poétiques dans lesquels il exprimait tout son amour.

Inconduite sexuelle

La femme, qui ne cachait pas son admiration et son affection pour son patron, l'avait prévenu qu'elle ne cherchait rien de plus que de l'amitié.

L'accusé a malgré tout dépassé les bornes en mars 2009, lors d'un dîner au restaurant. À la fin du repas, M. Laouar l'a maîtrisée de force pour l'embrasser, bien que Sabine lui ait dit juste avant «de faire attention».

Celle-ci avait pardonné cet écart de conduite de son patron, mais l'accusé en a remis en juillet 2010, cette fois dans son bureau. Après l'avoir plaquée contre le mur, le patron d'Air Algérie a encore une fois embrassé la femme en plus de lui toucher la poitrine.

Crédibilité

Lors du procès, la défense avait mis en cause la crédibilité de la plaignante, soulevant que la femme aurait pu porter plainte par vengeance après qu'elle eut perdu son emploi. L'accusé avait témoigné en disant être victime d'une «opération de charme» de Sabine contre lui.

Mais le juge, qui a pu analyser les témoignages de Sabine et de l'accusé en plus de leurs échanges de courriels, n'a pas été de cet avis.

«C'est une vision machiavélique que de simplement réduire la gentillesse de la plaignante à une opération d'accaparement de sa personne», a noté le magistrat, en déclarant M. Laouar coupable de deux chefs d'agression sexuelle. Les représentations sur la peine à lui infliger auront lieu à une date ultérieure.

Source : Un patron d'Air Algérie coupable d'agression sexuelle

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :