Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le collectif CCTA soutient la victime de l’agression à Lille par un « fils de » parachuté chez air Algérie

Nous avons appris avec beaucoup d’émotion et de colère mais sans grande surprise l’agression lâche dont vous étiez  victime aujourd’hui à l’aéroport de Lille par un agent Air Algérie -un parachuté-, votre agresseur n’est que le fils à son papa (papa étant un député et vice-président de l’assemblée populaire nationale).

Nous tenons Monsieur à vous exprimer notre soutien absolu et notre amitié sincère face ce comportement bestial qui ne fait que ternir une fois de plus l’image du pavillon nationale algérien. Nous tenons aussi à vous aider et être avec vos côtés pour que votre plainte puisse aboutir et que ces demi-dieu paient très chère leur arrogance et leur mépris, nous sommes avec vous monsieur, veuillez ignorer leurs menaces, il faut absolument que justice soit faite.

Fraternellement,

L’équipe Collectif CCTA

 

Le programme de Djamel Bouras

Mon plan d’action électoral

Abroger toutes les dispositions anticonstitutionnelles se fondant sur la discrimination en matière de résidence.  

En priorité, ne plus classer nos nationaux résidents à l’étranger dans la catégorie  des étrangers lors d’un investissement réalisé en Algérie. La règle dite des 49/51 classe les nationaux résidents à l’étranger parmi la tranche des 49 % à l’instar des étrangers.

Rendre éligibles les nationaux résidents à l’étranger aux différends dispositifs d’aide à la création d’entreprises : ANSEJ, CNAC et BADR-Chambre d’agriculture.

Références :

Article 29 de la Constitution «Les citoyens sont égaux devant la loi, sans que puisse prévaloir aucune discrimination pour cause de naissance, de race, de sexe, d’opinion ou de toute autre condition ou circonstance personnelle ou sociale.»

- Article 44 de la Constitution «Tout citoyen jouissant de ses droits civils et politiques a le droit de choisir librement le lieu de sa résidence et de circuler sur le territoire national. Le droit d’entrée et de sortie du territoire national lui est garanti.»

 

Création d’une caisse de dépôt et d’investissement (CDI)

Agissant selon les règles du capital investissement, la Caisse de dépôt et d’investissement aura pour objectifs :

– de capter l’épargne des nationaux à l’étranger,

– la fructification d’une partie des réserves de changes du pays (au lieu du  placement dans la dette souveraine étrangère, à faible rendement),

– investissement dans des projets immobiliers et touristiques en Algérie,

– investissement dans des projets à transfert technologique impliquant des nationaux résidents à l’étranger,

– prise de participation à travers la Bourse d’Alger lors d’ouverture de capital d’entreprises algériennes en relation avec la communauté nationale à l’étranger (exemple Air Algérie, ENTMV…),

 

Création d’une compagnie aérienne low cost

L’unique moyen de faire jouer la concurrence entre les compagnies aériennes desservant l’Algérie est de mettre en place une compagnie low cost afin de proposer, toute l’année, des tarifs abordables. Et afin de ne pas pénaliser le pavillon national (règle du 50/50 %), la compagnie devra être de droit algérien, opérant à partir du pays vers les villes françaises (en priorité).

Cette compagnie pourra absorber une partie du surplus des effectifs d’Air Algérie tout en travaillant en synergie avec elle dans l’intérêt du pavillon national. Le modèle économique de cette future compagnie ressemblera à celui des compagnies low cost européenne.

Mise en place d’un Pacte de Management des Compétences (PMC)

Ce pacte a un double objectif :

– favoriser le retour au pays des compétences,

– offrir au pays un service public de qualité, standard européen.

Exemple : l’Etat décide de construire un hôpital selon les règles en vigueur impliquant le ministère de la Santé, la direction de la Santé de la wilaya d’implantation à travers l’étude, la construction, la formation puis la gestion de l’établissement hospitalier.

Malgré les moyens colossaux dégagés par l’Etat, le résultat est à chaque fois catastrophique. La qualité des soins, l’accès aux soins ainsi que la gestion des établissements hospitaliers est loin de satisfaire le minimum en la matière. Pis : un demi-siècle après l’indépendance, la France reçoit des milliers de malades algériens.

D’un autre côté, il est rare de voir une compétence algérienne dans le domaine médical retourner au pays, où le fossé se creuse d’année en année (rémunération, gestion, bureaucratie…).

La mise en place du PMC permettra de réimplanter une partie des compétences et d’élever la qualité des soins en Algérie.

Avec le PMC, l’Etat (planificateur, régulateur et plus intervenant) lance un avis à manifestation auprès des compétences afin de construire, puis gérer un établissement hospitalier. Les compétences se regroupent, sous forme de société civile, afin de répondre à l’avis et proposer, sous leur responsabilité (après signature d’un cahier des charges), un projet complet (architecture, équipements, moyens humains…).

Si le PMC est signé, l’Etat dégage une enveloppe pour la réalisation de l’infrastructure (premier volet), puis une deuxième pour l’exploitation (deuxième volet). La société civile des compétences se rémunérera alors en  facturant son management de l’établissement. Nous proposons un pacte de 5 ans renouvelable, non assujetti, durant 5 ans, ni à l’IBS ni à l’IRG.

La priorité sera donnée à la signature de PMC avec des compétences devant réduire la facture des transferts des malades à l’étranger.

 

Mise en place d’un dispositif d’intervention humanitaire

Le dispositif aura plusieurs objectifs :

– resserrer les liens du pays avec les jeunes issues de l’émigration,

– leur faire découvrir le pays,

– leur faire profiter d’une occupation pour qu’ils gagnent de l’expérience,

–  apparenté à un premier emploi,

– les éloigner de l’oisiveté, terrain propice à la débauche ou l’extrémisme,

– profiter les régions isolés du pays de compétences à bon marché,

– faire participer les nouvelles générations au développement du pays,

– participation à des actions humanitaires hors d’Algérie.

 

Mise en place de dispositifs pour la découverte de jeunes talents issue de l’émigration

Avec la contribution des médias algériens, notamment la TV, et quelques sponsors, et à travers de simple concours, il est possible de fournir le pays en talents, sportifs, artistiques, culturels…

Exemple : concours annuel du meilleur jeune footballeur, handballeur, chanteur, danseur, acteur…

 

Remise en place de colonies de vacances au pays

La colonie de vacance au pays permet de faire découvrir aux jeunes issues de l’émigration l’Algérie. Ça permettra, aux jeunes, une fois adulte, de revenir plus souvent au pays et contribuer ainsi aux recettes touristiques.

L’organisation de telles colonies pourra être confiée à des entreprises privées conventionnés. L’Etat pourra contribuer financièrement en prenant en charge une partie des frais de séjours (sous conditions de ressources des parents).

Ouverture de succursales de banques algériennes

Nous préconisons l’ouverture de succursales de banques algériennes à l’effet de répondre à la demande de notre communauté (épargne, investissement, transfert d’argent…).

 

Possibilité de souscription d’assurance rapatriement élargie

Nous préconisons la possibilité de souscrire d’une assurance rapatriement au niveau des agences d’Air Algérie, ENTMV, consulats, agences de voyages agréés. Ceci permettra au produit de la SAA, très compétitif d’être connue par le plus grand nombre de nos compatriotes qui souvent laissent un lourd fardeau à la famille pour régler les frais d’obsèques et de rapatriement.

Contribution humanitaire exceptionnelle

Cette contribution a pour objectif la prise en charge des frais d’obsèques et de rapatriements d’indigents et éviter ainsi d’écorcher l’image du pays à travers les quêtes et annonces pour faire face à la prise en charge de compatriotes sans ressources et ou attaches.

Cette contribution, de 1 euro par compatriote immatriculé, se règle à l’occasion d’un changement de passeport ou carte consulaire.

 

Politique de visa pour les conjoints d’Algériens ou Algériennes

Nous préconisons, à titre humanitaire, l’octroi gratuit d’un visa long séjour (jusqu’à 5 ans) au conjoint d’Algérien ou Algérienne. Cette facilité accroitra le flux avec le pays et désengagera nos consulats.

 

Porter la voix de l’Algérie

Nous préconisons de mettre en place une radio communautaire afin de porter la voix de l’Algérie et maintenir les liens entre les nationaux résidents en France.

Partager cet article

Repost 0