Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Documents Exclusifs. Pilotes inexpérimentés et un avion très âgé : l’étrange marché conclu entre Air Algérie et une compagnie espagnole

source : algeriepart.com   Abdou Semmar   20/05/2017

 

La direction générale d’Air Algérie vient de conclure un marché important avec une compagnie espagnole dans des conditions très douteuses, a appris Algériepart après avoir consulté et obtenu des documents exclusifs. 

En effet, selon ces documents, Air Algérie va affréter un avion auprès de la compagnie espagnole Wamos Air dans des conditions floues qui ressemblent étrangement aux circonstances dans lesquelles le partenariat a été conclu avec Swift Air en été 2014 et dont l’un des appareils affrétés par Air Algérie a crashé au nord du Mali alors qu’il assurait le vol AH 5017  entre Ouagadougou et Alger le 24 juillet 2014.

Après avoir étudié minutieusement ces documents, force est de constater que les équipages de l’avion affrété par Air Algérie auprès de Wamos Air sont composés de Pilotes inexpérimentés avec un nombre d’heures de vols très faibles. Preuve en est, 4 pilotes comptent à leur actif moins de 1000 heures les pilotes d’Air Algérie totalisent au moins le double pour piloter un Airb­us. Les pilotes de la compagnie espagnole travaillent à temps partiel.

En plus, l’avion affrété par Air Algérie est âgé de plus de 18 ans alors que les autorités algériennes avaient assuré, après le crash de l’avion de Swift Air en 2014, que l’âge des avions affrétés ne doit pas dépasser dorénavant les 10 ans. Il est à souligner, en outre, que ce contrat va coûter la bagatelle de plus de 8 millions d’euros. Une somme énorme et considérable qui soulève des questions surtout lorsqu’on sait que les caractéristiques de cet avion ne correspondent pas à certaines normes fixées par Air Algérie. A titre d’exemple, certifient des sources au sein d’Air Algérie, les sièges de cet avion ne procurent pas du confort aux voyageurs algériens.

De nombreux hauts cadres d’Air Algérie ont relevé des zones d’ombre autour de ce contrat d’affrètement. « Ce contrat d’une valeur de 8 millions euros est considéré comme excessivement cher. Il est entaché par plusieurs suspicions », décrypte une source qui a requis l’anonymat.  « L’avion concerné par le ce contrat est un Airbus A330-200 de plus de 18 ans d’­âge et d’une capacité de 358 places. La direction d’Air Algérie a conclu ce marché alors qu’elle dispose d’une flotte en A330 classée parmi la moins exploitée dans le monde », analyse encore notre source.

Une autre source a révélé à Algériepart que ce contrat a été signé avec un intermédiaire au lieu de traiter directement avec WAMOS Air. Cet intermédiaire est ­une entreprise appelée AVICO, basée à Paris en France. Son gérant s’appelle Majoul Mourad, un Franco-Tunisien qui ne jouit nullement d’une bonne réputation. En Arabie Saoudite, il avait suscité le courroux des autorités de l’aviation civile après s’être fait passer po­ur le représentant d’Air Algérie en Arabie Saoudite.

 

Le contrat d'Air Algérie qui met la vie des passagers en danger !
Le contrat d'Air Algérie qui met la vie des passagers en danger !Le contrat d'Air Algérie qui met la vie des passagers en danger !
Le contrat d'Air Algérie qui met la vie des passagers en danger !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :