Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'affaire du nouveau siège d’Air Algérie revient au-devant de la scène avec la montée au créneau de l’ancien PDG de la compagnie, Wahid Bouabdallah, pour se défendre et imputer à son successeur, Mohamed-Salah Boultif, la responsabilité du préjudice subi par la société.

« Empêtré dans un projet rendu, de son propre fait, à la dérive, mon successeur a tenté par tout moyen de m’attribuer la responsabilité du désastre en propageant à mon encontre des allégations mensongères. À cet égard, il importe de souligner que le Comité national anti-corruption, qui s’est saisi de l’affaire suite à ces allégations m’a lavé de tout soupçon », affirme M. Bouabdallah dans une tribune publiée ce lundi 26 février dans le quotidien El Watan.

Air Algéri, dirigée alors par Wahid Bouabdallah, a attribué à la société canadienne SM International le projet de réalisation de son nouveau siège à Bab Ezzouar (Alger), en vertu d’un contrat signé le 10 février 2011.

Le coût du projet est de 83 millions d’euros et le délai de réalisation de 28 mois. Moins d’un mois après, soit le 8 mars, Bouabdallah est remplacé par Boultif.

Des modifications dans les plans du projet ont induit des surcoûts, donc des avenants, et un retard dans les délais de réalisation. Le contrat sera résilié le 4 juin 2013 et Air Algérie est condamnée le 31 août dernier, suite à une procédure d’arbitrage international, à verser 1,5 milliard de dinars à la partie canadienne.

Depuis, les deux anciens dirigeants se rejettent la responsabilité de la situation. Dans une lettre publiée dans la presse il y a quelques semaines, M. Boultif accusait son prédécesseur d’avoir sciemment introduit dans le contrat « une clause compromissoire d’arbitrage pour acheminer tôt ou tard la compagnie vers l’arbitrage international ».

TSA : Affaire du nouveau siège d’Air Algérie : Bouabdallah se défend et charge Boultif

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :