Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Libération : Air Algérie prend soin de ses tarifs

La compagnie aérienne nationale a pour slogan «always caring for you» que l’on peut traduire par Nous prenons soin de vous, ou Toujours au petit soin pour vous. Mais les tarifs pratiqués, deux fois plus cher que les vols à destination de la Tunisie ou du Maroc, font douter de cette volonté affichée de soigner ses clients.

Nous étions au début du mois de juin 2016. Malgré les pluies et une température avoisinant à peine les 20 degrés, l’été arrivait avec sa traditionnelle course aux réservations de billets d’avion pour le bled. Chacun se presse et se bouscule sur les différentes plateformes d’agences de voyage en ligne. Opodo, Go Voyages, Edreams, Lastminute, Liligo et j’en passe. Tous courent à la recherche du Saint-Graal algérien : un billet d’avion aller/retour à moins de 400€.

Un Paris / New-York

Alors que je planifiais de réserver au courant du mois de juin mon billet pour m’y rendre en août, j’étais déjà à la merci des remarques et critiques sur mon incroyable retard en la matière. J’entendais des membres de ma famille, interloqués, m’assenant à chaque fois la même phrase : « Quoi ? Comment ? Tu n’as pas réservé 6 mois à l’avance ? Si tu ne t’y prends pas au moins 6 ou 8 mois à l’avance, laisse tomber, autant partir à New-York aux Etats-Unis, ce sera pareil. »

En effet, réserver en juin pour le mois d’août un Paris-Alger, soit l’équivalent d’à peu près 2 heures de vol à une fréquence d’au moins 5 voire 6 liaisons par jour et pour chaque compagnie effectuant ce trajet, revenait à un peu plus de 400€ par personne, incluant un repas somme toute convenable et 30 kilos de bagages en soute, un sujet sur lesquels je reviendrai pour évoquer une expérience personnelle.

Air Algérie, «always caring for you»*

Si la saison estivale contribue incontestablement à augmenter le coût du billet d’avion, il n’en reste pas moins que les pratiques de la compagnie nationale de transport aérien, Air Algérie, alimentent cette inflation plus forte que pour n’importe quel autre pays du Maghreb. Comment se fait-il qu’un Paris-Alger puisse coûter deux fois plus cher en moyenne qu’un vol vers le Maroc, la Tunisie ou vers l’une des nombreuses villes de la côte méditerranéenne ? Trouve-t-on un privilège supplémentaire à bord d’un vol vers l’Algérie ? Malgré la dénonciation récurrente par les associations de consommateurs des tarifs appliqués par Air Algérie [1], dont le slogan n’est nul autre que «Always caring for you»*, cette tarification élevée perdure. Pire encore, à ce tarif correspond une qualité de voyage particulièrement médiocre, des retards incessants à tel point que la majorité des usagers prévoit d’avance le retard du vol, dont la durée varie entre une heure et une journée, en moyenne, normal [2].

Une compagnie nationale concurrencée ?

A côté du monstre national, on peut habituellement trouver les traditionnels concurrents : Air France, Aigle Azur, et les petits nouveaux comme Air Méditerranée ou récemment Tassili Airlines. Si leur présence est belle et bien réelle sur le marché, avec une fréquence, pour les concurrents historiques comme Aigle Azur et Air France, quasi-similaire à celle d’Air Algérie, plus faible pour les nouveaux entrants comme Air Méditerranée et Tassili Airlines, que dire des prix ? Les mêmes. Ou quasiment, à quelques euros de différence qui paieraient sans doute une boisson en salle d’embarquement, pour combler les retards qu’accumulent également Aigle Azur pour ne citer qu’eux. De quoi soupçonner une entente sur les prix entre ces deux grands pontes des trajets aériens entre la France et l’Algérie, en soulignant les multiples actions effectuées en ce moment, par le Collectif contre la cherté des transports en Algérie (CCTA) ou encore la pétition en ligne lancée par le Mouvement citoyen algérien [3].

L’éternelle angoisse de l’excès de bagage

Que serait un séjour en Algérie sans la traditionnelle peur de l’excès de bagage ? S’il m’arrive souvent de voyager avec seulement un bagage à main correspondant à une petite valise qui rentre partout, y compris une Smart, mes voyages en Algérie se distinguent par un protocole singulier en matière, inculqué par ma mère depuis l’enfance. Celui-ci est bien simple : pour tout voyage en direction de l’Algérie, quelque soit la durée de celui-ci, trois jours comme trois semaines, le protocole est clair, les bagages en soute sont réservés aux cadeaux, vêtements et autres objets à destination de la famille, le bagage à main réservé aux affaires personnelles, seule exception faite des produits de toilette, les flacons supérieurs à 100 ml étant interdits dans le bagage à main. Autrement dit, il m’est difficile, voire impossible de déroger à ce protocole en utilisant ces 30 kilos de bagage pour mes affaires personnelles. J’ai appris à compresser, trier, sélectionner, compresser encore et encore mes affaires dans une petite valise autorisée en cabine. C’est devenu une tradition, celle de soigner son arrivée et couvrir sa famille de cadeaux ramenés de Paris, quand bien même ces produits seraient également vendus sur le territoire algérien, rien ne vaut un cadeau provenant de France, rien ne vaut le sourire et la joie des cousins à l’arrivée. Pour tout le reste, il y a la Mastercard.

* Nous prenons soin de vous.

Libération : Air Algérie prend soin de ses tarifs

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :